l'inouï #1
Introduction à FAMA de Furrer
Le travail de Philippe Leroux
Contents Issue n° 2
Contents Issue n° 1
Editorial staff
Events and News
Version françaisefleche_langueEnglish versionPrintable Version

Avis de tempête

The first edition of L'inouï will include a DVD-rom entitled, Avis de tempête. A multimedia listening guide of the opera by Georges Aperghis (Autour d’Avis de tempête. Un guide d’écoute multimédia de l’opéra de Georges Aperghis), containing audiovisual excerpts from the work, original sound elements from the early stages of its production, introductory texts, the libretto, video interviews with Sébastien Roux (music assistant to Georges Aperghis), and a multimedia radiography of the chosen excerpts.

This site provides access to a representational sample, including an excerpt of the interview with Sébastien Roux, sounds produced during the studio phase and notes made by the composer and the librettist (Peter Szendy).

What’s more, for a restricted period, Georges Aperghis has authorized his score to be made available and downloadable from this site. Once more, we take this opportunity to thank him.

Interview with Sébastien Roux (in french)

Notes de travail (mai 2002)

Le dispositif spatial d’Avis de tempête comprend quatre plateaux, disposés en fer à cheval.

Chaque plateau a sa spécificité, son effectif propre ainsi que son installation vidéo.

Pour autant, une circulation, voire un envahissement d’un plateau par l’autre est possible.

Le premier plateau est une sorte d’observatoire des tempêtes qui se propagent sur les autres. C’est aussi le baromètre et le lieu de commentaire du spectacle en train de se dérouler. C’est encore une sorte d’espace de régulation, de mesure, de contrôle sans cesse débordé, à l’image d’un plateau de télévision en direct.

Sur le deuxième plateau se projette sous forme de show l’histoire fantasmatique de diverses formes de tempête : vagues, raz-de-marée, monstres marins ou autres, Jonas dans la baleine, crises intérieures, complexes familiaux, imageries sexuelles... Les mots essayent de se frayer un chemin entre inconscient et description ; leur impuissance attise les désirs de déchaînement.

Le troisième plateau est doté d’un rideau qui s’ouvre et se ferme. Sorte de music-hall à l’ancienne, à l’intérieur du spectacle, comme des fenêtres sur des petites scènes : Jupiter tonnant, coureur cycliste, criminel en train d’écrire son journal intime... Bêtisier à la fois mythologique et quotidien de la tempête, qui forme le pendant trivial des représentations inconscientes du deuxième plateau.

Le quatrième plateau est la coulisse commune aux trois autres. Outre l’installation vidéo, quelques canapés : salle d’attente. Parmi ceux qui attendent leur tour, apparaissent des fantômes, des revenants, des fragments de personnages-tempêtes, comme une culpabilité venant hanter la conscience collective : explorateurs et aventuriers ; victimes involontaires de catastrophes naturelles, économiques, politiques, passionnelles, etc.

To top

Notes de travail (février 2003)

Tempêtes en musique : Rameau (Les Boréades, avec Boreas, dieu du vent du nord, et ses descendants ; Dardanus, acte IV ; Les Indes galantes, avec éruption volcanique et orages) ; Haydn (terremoto final des Sept paroles du Christ ; tempêtes hivernales dans Les saisons ; dernier mouvement de la symphonie n° 8, Le soir, intitulé Tempesta) ; Beethoven, le quatrième mouvement ("Orage") de la Pastorale ; Wagner, le début des Walkyries ; Verdi, le début d'Othello et la fin de Rigoletto ; Vivaldi, le concerto op. 8 n° 5 (R. 253) intitulé La tempesta di mare, ainsi que Les quatre saisons (éclairs et tonnerres du premier mouvement du Printemps, orage et grêle du dernier de l’été)...

Tempêtes en peinture : Giorgione (La tempesta) ; Poussin (Le déluge)...

Tempêtes en littérature : La Bible ; Shakespeare (The tempest ; King Lear) ; Joseph Conrad ; Hermann Melville...

Tempêtes au cinéma : Key Largo (pendant un typhon) ; Pandora (clepsydre, tempête et temps).

Vers l'an mil, tempeste ainsi que plus tard le verbe tempester, "faire de la tempête", et l'adjectif tempestueux, "orageux" dérive du latin populaire tempesta (qui signifie "temps" et par extension "mauvais temps"), lequel dérive à son tour du latin classique tempestus, "qui vient à temps".

Cyclone, dans l'anglais du XIXe siècle, dérive du grec kuklos, "cercle". Tornade dérive de l’espagnol tornar, "tourner". Tourmente dérive du latin tormentum, de torquere, "tordre". Orage dérive de l’ancien français ore, "brise", du latin aura, "souffle". Bourrasque dérive de l'italien burrasca, du latin boreas, "vent du nord". Bise dérive du latin aura bisa, "vent noir". Ouragan dérive, par l'espagnol, d'un mot dialectal des Antilles, huracan.

Sur la partition (mai 2002)

Je me propose (à travers cette nouvelle aventure) de poursuivre  et étendre mon travail sur "la Partition" en tant que grande coordinatrice de fragments sonores, textuels et visuels.
J’imagine ces fragments comme dotés d’un pouvoir magnétique, s’attirant les uns les autres, construisant ainsi des édifices éphémères, ou des spirales chaotiques.

La "Partition" veillera à redistribuer les cartes afin que de nouveaux  agencements puissent avoir lieu, que des semblants d’ordre puissent apparaître, que des chutes d’un chaos à un autre soient possibles.
Les fragments (passionnels, romantiques, tempestueux, déchirants, hurlants) seront "vidés" de leur charge initiale. Tout drame sera exclu. Seules les apparences, les rythmes, les dynamiques, les tissus seront gardés afin d’en former le simulacre.

Ces fragments-simulacres, grâce à la rotation perpétuelle que la "Partition" leur imprimera, passeront et repasseront devant nos yeux et nos oreilles, agencés autrement, reconnaissables ou méconnaissables, prenant ainsi des sens nouveaux, retrouvant autrement une charge émotionnelle.

Il n’y aura donc pas de début, pas de fin, pas de récit linéaire-unique. Mais, si mon pari réussit, il y aura une "Machine Infernale" (la Partition) à broyer les sons, les corps, les récits, les images afin de créer un nouvel organisme qui donnera l’illusion de la vie.

(Georges Aperghis)

Download the score

Avis-partition.pdf

8.8 M